Locaux commerciaux : Un permis pour les espaces vacants ?

Février 2015

Un permis spécial pourrait bientôt être requis lorsque des locaux commerciaux sont vacants dans deux arrondissements de Montréal. Les maires du Plateau Mont-Royal et de Rosemont-La Petite-Patrie ont annoncé leurs intentions en la matière dans la foulée des reportages de La Presse portant sur les locaux vacants.

Afin d’inciter les propriétaires à louer leurs locaux, les maires souhaitent qu’un permis spécial soit obligatoire lorsqu’un local devient vacant. Le coût augmenterait en fonction du temps durant lequel le local est inoccupé. Des amendes pourraient également être distribuées si le local est jugé en mauvais état (graffitis, vitres cassées, etc.)

« Le bail commercial détermine la valeur d’un immeuble. Si tu baisses la valeur d’un bail commercial, tu baisses la valeur de l’immeuble. Plus la valeur immobilière est élevée, plus la taxe foncière est élevée. Comme ce sont ultimement les commerçants qui payent la taxe foncière, plus elle est élevée, plus ils sont effrayés. » Luc Ferrandez, Maire du Plateau Mont-Royal

Bien que le phénomène soit déplorable, on doute que l’ajout d’un permis soit approprié pour remédier à la situation. La multiplication des locaux vacants dans les arrondissements concernés est en bonne partie causée par le prix exorbitant des loyers et non l’état initial dans lequel ils se trouvent. C’est pourquoi nous croyons que l’administration municipale devrait plutôt trouver des moyens de stimuler le renouvellement de la location. En ce sens, Montréal devrait plutôt revoir sa façon d’imposer les locaux commerciaux. L’appétit insatiable de certains propriétaires nuit au maintien et au développement d’une offre commerciale diversifiée. Au final, une réflexion s’impose puisque le système actuel encourage cette surenchère.

22 de 71