Proposition de Visa et MasterCard

Février 2015

En novembre dernier, Visa et MasterCard ont annoncé un engagement « volontaire » soi-disant pour réduire les frais exorbitants que paient les détaillants lors des paiements par carte de crédit (voir tableau ci-dessous). Le ministre des Finances du Canada a accueilli favorablement cette proposition tout en prenant soin de mentionner qu’il s’agit d’une baisse de 10 % et, par conséquent, qu’il s’attend à une réduction des prix pour les consommateurs.

Bien que nous nous réjouissions du retour de ce dossier à l’agenda du ministre, nous avons plus de questions que de réponses suite à l’annonce des géants du crédit. En effet, nous voyons mal comment une baisse de 10 % peut réalistement se traduire en réduction des prix considérant qu’ils ont augmenté de 25 % en moins de deux ans. La baisse est tellement peu significative (taux moyen de 1,5 %) que, dans les faits, rares sont les détaillants en alimentation qui verront une diminution de leurs frais. Bien que le ministre ait déclaré que Visa et MasterCard « feront en sorte que tous les commerçants bénéficient d’une réduction des frais de carte de crédit », nous sommes persuadés que, au contraire, le maintien d’un taux aussi élevé associé à l’augmentation fulgurante de l’utilisation du crédit se traduira par une hausse des coûts pour l’acceptation des paiements par carte de crédit.

Un autre aspect que nous déplorons est le fait qu’il s’agisse d’un « taux moyen » et non d’un « taux fixe ». Concrètement, cela veut dire que nous sommes loin de la fin des cartes à primes assorties de frais exorbitants pour les détaillants. Comme certaines cartes auront un taux inférieur et d’autres un taux supérieur à 1,5 %, comment un détaillant peut-il anticiper ses coûts pour l’acceptation des paiements par carte de crédit ? Ultimement, accepter les paiements par crédit revient à signer un chèque en blanc aux géants du crédit.

Pour les détaillants en alimentation, le problème demeure entier. On s’explique mal pourquoi les géants du crédit ne peuvent proposer mieux qu’un taux moyen de 1,5 % au Canada, alors qu’en Europe le taux a récemment été fixé à 0,3 % ! De plus, pourquoi une transaction par carte de crédit coûte plus cher aux détaillants qu’une transaction par débit ? Toutes deux offrent les mêmes garanties de paiement fiable, rapide et sécuritaire. La seule différence c’est que l’une offre seulement une solution de paiement, alors que l’autre offre aussi de généreux programmes de récompenses. C’est inacceptable que les détaillants financent les programmes de fidélisation des géants du crédit !

46 de 62