La révolution des modes de paiement

Février 2019

Vous payez des sommes astronomiques en frais de paiement. À quand une réelle innovation? Peut-être qu’une solution pointe à l’horizon.

Le magazine Canadian Grocer a consacré un article à l’évolution rapide des nouveaux modes de paiement dans le secteur du commerce de détail, un élément crucial de l’expérience client. Deux tendances se distinguent : « l’économie de l’expérience » et le paiement mobile, car le client recherche la simplicité lorsqu’il faut sortir le porte-monnaie. En Chine, plus de 90 % des paiements sont effectués à l’aide d’un téléphone intelligent. Selon un sondage de Léger Marketing, 55 % des Canadiens sont prêts à abandonner l’argent liquide, 43 % sont intéressés par les modes de paiement invisibles comme celui offert par Amazon Go et 33 % regardent attentivement les paiements réalisés par l’intermédiaire d’applications de réseautage comme Alipay ou WeChat Pay. Un Canadien sur six a téléchargé une application avec portefeuille en ligne et 70 % d’entre nous rapportent avoir déjà effectué un paiement avec leur téléphone intelligent. Plus d’un Canadien admet avoir déjà renoncé à un achat en raison d’un paiement compliqué. La société Moneris dit elle aussi observer un engouement pour le paiement sans contact, considéré comme plus rapide, pratique et sûr pour les consommateurs.

Le portefeuille mobile permet aux utilisateurs de conserver numériquement les informations des cartes de paiement au moyen d’application telle que Apple Pay ou Google Pay. Pour que cela fonctionne, les détaillants ont besoin d’avoir des terminaux sans contact, capables de détecter la proximité des appareils. À l’image de Starbucks, pionnier dans le domaine, Walmart a développé sa propre application exclusive permettant de personnaliser l’expérience et de récompenser les clients de leur fidélité.

Les plateformes sociales et les codes QR sont très présents en Chine, où l’argent liquide disparaît progressivement. Plus de 800 millions de Chinois utilisent WeChat Pay chaque mois. Pour les détaillants canadiens, accepter les paiements par WeChat Pay ou Alipay peut être une bonne façon d’accommoder les touristes chinois, de plus en plus présents, comme l’a fait l’épicerie Galleria Supermarket à Toronto. La particularité de ces applications est le recours au code QR, qui ne nécessite qu’une connexion Internet.

Les caisses invisibles ont vu le jour à Seattle dans le nouveau magasin Amazon Go. Le principe est simple : le client ne passe pas à la caisse, mais tous ses gestes sont passés au crible, et les achats sont automatiquement facturés lorsqu’il quitte le commerce. Cette innovation pourrait changer la donne dans l’industrie, selon les experts interrogés. Toutefois, cette technologie a un coût prohibitif pour les détaillants, qui souffrent déjà de la baisse des marges; toutefois, elle pourrait pallier la pénurie de main-d’oeuvre observée dans la très grande majorité des commerces alimentaires.

Depuis le 30 novembre, la Banque centrale européenne permet à huit banques d’effectuer des paiements instantanés – en moins de 10 secondes –, 24h sur 24, offrant une alternative à Visa ou MasterCard. Le titulaire d’un compte bancaire pourra progressivement utiliser pour payer « de personne à personne » pour régler son épicerie, payer en ligne ou s’acquitter de ses impôts. Après le paiement, une confirmation immédiate sera envoyée à son émetteur, lui confirmant que le bénéficiaire a reçu l’argent et rendant la transaction irrévocable. Le système est encore en cours de rodage, mais à l’avenir, la concurrence entre établissements bancaires devrait se traduire par une quasi-gratuité des petits paiements et une facturation sur les opérations à montants élevés. Concrètement, si le virement instantané gagne des parts de marché sur les autres moyens de paiement, les commerçants verront disparaître une partie des frais liés aux cartes de crédit puisque les commissions versées à Visa et MasterCard diminueront.

4 de 5