Vers une nouvelle stratégie de valorisation des matières organiques

Juillet 2019

Le 17 avril dernier, RECYC-QUÉBEC a organisé à Québec une consultation sur la stratégie de valorisation de la matière organique. Parent pauvre de la gestion des matières résiduelles, la matière organique n’est pas toujours bien récupérée et recyclée par les municipalités, le secteur des industries, des commerces et des institutions (ICI). Par matière organique, on entend le papier et carton, le bois et les matières organiques putrescibles qui n’ont pas vocation à finir dans des lieux d’élimination et qui composent le 5e secteur émetteur de gaz à effet de serre en importance au Québec.

Dans le cadre du futur « plan global » que le ministre Charrette entend déposer cet automne, une stratégie de valorisation de la matière organique est prévue. La rencontre du 17 avril visait à dévoiler les grandes orientations de cette stratégie et de recueillir les commentaires des principales parties prenantes. L’ADA était parmi la cinquantaine d’organisations participantes.

L’approche préconisée a deux objectifs : une meilleure collecte à la source et un traitement plus efficace de la matière. Le secteur des ICI est particulièrement visé, car bien souvent, l’offre de collecte des matières putrescibles est déficiente; c’est notamment le cas de la majorité des moyennes et petites surfaces alimentaires qui ne disposent pas de gisement important, c’est-à-dire qui soit intéressant pour les collecteurs. Les autorités entendent introduire une pénalité aux ICI n’ayant pas de collecte pour les matières organiques visées. Les ICI (dans le cas où ils ne sont pas desservis par les collectes municipales) seront donc fortement incités à conclure des contrats de collecte spécifique pour ces matières.

À l’issue de cette journée de consultation, les participants présents se sont vus confier le mandat d’approfondir leur réflexion sur la stratégie proposée en soumettant des commentaires écrits plus étoffés avant le 17 mai.

12 de 12