Plan Verre l’innovation : valorisons tous ensemble la filière du verre au Québec!

Avril 2019

La commission Environnement de la communauté
métropolitaine de Montréal a affirmé au début de l’année 2019 évaluer la
possibilité d’imposer une consigne sur les bouteilles de vin. Le 26 février,
Éco-Entreprises Québec (ÉEQ) dévoilait les résultats du plan Verre l’innovation qui a permis
d’investir 12,2 millions de dollars dans cinq centres de tri du Québec. Selon
ÉEQ, les taux de pureté du verre recyclé ont atteint 97 %, ce qui permet une
utilisation diversifiée. Ces résultats démontrent qu’il est possible de
recycler 100 % du verre de la collecte sélective, et ce, avec des
investissements ciblés de 50 millions de dollars pour la modernisation des
centres de tri et le développement des débouchés.

Alors que l’optimisation de la collecte sélective est au cœur des
préoccupations, la question du verre pose des défis particuliers, puisqu’à
l’exception notable des bouteilles de bière qui sont consignées et réutilisées
dans la production locale, les bouteilles, les pots et autres contenants de
verre ne peuvent être réutilisés que de façon marginale dans leur forme
originale. Toutefois, traité adéquatement, le verre, étant transformable
notamment en nouvelles bouteilles, en abrasifs ou encore en ajouts cimentaires
à haute valeur ajoutée, constitue une matière première dont les marchés sont de
plus en plus diversifiés.

Soulignant que les solutions apportées par le plan Verre
l’innovation
 sont les seules à permettre le recyclage de tout le verre
de la collecte sélective, qu’il provienne de bouteilles, de pots ou d’autres
contenants, Maryse Vermette, président-directrice générale d’ÉEQ, affirme:
« Une solution concrète, réaliste et abordable est à portée de main, si l’on
tire parti des bonnes habitudes des citoyens de plus en plus nombreux à placer
les matières recyclables dans le bac de la collecte sélective. Il appartient
maintenant aux différents intervenants de la chaîne de valeur ainsi qu’au
gouvernement de soutenir son déploiement sur l’ensemble du territoire
québécois. »

Réaction de l’ADA

L’Association
des détaillants en alimentation du Québec (ADA) se réjouit du succès du plan Verre l’innovation mis en place par Éco
Entreprises Québec (ÉEQ) et constate que la collecte sélective comme mode de
récupération n’est pas un frein à la valorisation de cette matière et peut
pleinement être mise en œuvre au sein d’une économie circulaire. Cette habitude
bien ancrée chez les Québécois pourrait offrir aux contenants de verre placés
dans le bac une nouvelle vie dans différents secteurs d’activités,
grâce à l’amélioration des débouchés existants. Compte tenu de ce succès, l’ADA
souhaite que cette initiative soit étendue à l’ensemble des centres de tri du
Québec et bénéficie d’un investissement gouvernemental à la hauteur des
besoins. 

Rappelons
que la collecte sélective est une façon simple et efficace de récupérer les
matières recyclables lorsque l’ensemble des partenaires de la chaîne de valeur
collabore de façon exemplaire. De plus, une extension du système de consigne
aux bouteilles de vin et à des contenants composés d’autres matières que le
verre et l’aluminium mettrait une pression supplémentaire sur un système de
récupération déjà à bout de souffle. En effet, la multiplication des contenants
due à la popularité grandissante des nouveaux types de boissons rend la
situation très difficile pour bon nombre de détaillants en alimentation, qui
ont l’obligation de récupérer les contenants mais dont les arrière-boutiques
débordent déjà. 

Dans la situation actuelle, les détaillants en alimentation peinent à
trouver des solutions environnementales durables et relativement peu coûteuses
pour assurer la pérennité de ce système. C’est pourquoi toute initiative visant
à améliorer la récupération, le recyclage et la valorisation des matières
résiduelles via la collecte sélective est accueillie favorablement par notre
association. Un engagement fort et des investissements stables de la part des
autorités et des partenaires de la chaîne de valeur seront nécessaires pour
créer une véritable filière du recyclage au Québec.

101 de 102