ÉEQ demande que la compensation par l’industrie se limite aux coûts nets de la collecte sélective

Avril 2010

Des audiences publiques ont eu lieu sur le projet de loi 88. Restreintes et expéditives, elles ne se sont étalées que sur 2 jours. Éco Entreprises Québec (ÉEQ) s’y est fait le porte-parole de l’A.D.A. L’organisation a insisté sur la nécessité que la compensation par l’industrie se limite aux coûts nets efficaces et performants de collecte, de transport, de tri et de conditionnement des matières recyclables qu’elle représente.

13 de 83