Permis d’alcool : Walmart récidive!

Juillet 2015

Il fallait s’y attendre, Walmart revient à la charge et tentera à nouveau de convaincre les autorités publiques de lui accorder le droit de vendre de l’alcool en magasin. La nouvelle a été ébruitée lorsque le géant américain a retenu les services d’un lobbyiste afin d’entamer des discussions pour permettre la vente d’alcool dans leurs établissements de type supercentres.

Cette nouvelle démarche survient un peu plus de deux ans après que Walmart se soit vu refuser l’octroi d’un permis par la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ). À l’époque, Walmart souhaitait opérer des dépanneurs, nommés « La Réserve », qui auraient eu une entrée commune avec les supercentres en question. Cette stratégie était plutôt ingénieuse mais, heureusement, la RACJ avait compris que cette diversion servait uniquement à obtenir un permis de vente d’alcool réservé aux épiceries.

Walmart n’a qu’à se conformer à la loi comme tous les autres; il ne doit pas y avoir un deuxième Costco qui se faufile dans le système en invoquant toutes sortes de fausses raisons.
Florent Gravel, PDG de l’ADA réagissant à la décision de la RACJ en 2013.

Pour obtenir un tel permis, qui aurait autorisé la multinationale à faire son entrée dans le marché des boissons alcooliques au Québec, Walmart devait démontrer que son offre alimentaire correspond à 51 % de sa superficie de vente. Évidemment, les supercentres en question ne remplissaient pas cette exigence et la RACJ ne s’était pas laissée duper.

En plus des succursales de la SAQ, le Québec compte 8 000 points de vente privés pour répondre à la demande des consommateurs. Néanmoins, l’ADA ne s’oppose pas à l’ajout de concurrents dans l’industrie à condition que les règles soient les mêmes pour tous. Il ne peut y avoir deux poids deux mesures dans un secteur aussi concurrentiel!

24 de 37