Sommet sur l’alimentation : une politique gouvernementale attendue au printemps

Novembre 2017

Le 17 novembre, l’ADA a participé au Sommet sur l’Alimentation organisé par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec et présidé par le premier ministre du Québec et le ministre en titre, Laurent Lessard. Plus de 200 représentants évoluant dans le domaine de l’alimentation, de la santé ou de l’environnement étaient présents. Plus d’une cinquantaine d’organisations, dont l’ADA, avaient voix au chapitre en ayant un siège à la table des discussions.

Pierre-Alexandre Blouin a ainsi profité de l’occasion pour rappeler l’importance de doter nos outils collectifs, tels qu’Aliments du Québec et le CARTV, de moyens adéquats pour valoriser les aliments locaux sur les tablettes et dans les assiettes, tout en garantissant leur authenticité. En effet, l’achat local génère des retombées économiques substantielles dans toute la filière bioalimentaire et les détaillants propriétaires sont bien souvent aux premières loges pour mettre en marché les produits des producteurs et des transformateurs de leur coin. Laurent Lessard a d’ailleurs mentionné les noms des produits qu’il affectionnaient particulièrement qui étaient commercialisés par son épicier. En après-midi, Pierre-Alexandre Blouin a affirmé que la pérennité ainsi que la prospérité des entreprises du secteur bioalimentaire passaient par une saine concurrence et une réglementation plus souple.

Le rôle des détaillants propriétaires dans la mise en marché des produits
locaux doit être reconnu à sa juste valeur.

Le premier ministre et le ministre Lessard ont tous deux déclaré que le Sommet était la première étape en vue d’une ambitieuse politique gouvernementale lancée au printemps 2018. Articulée autour de quatre priorités, soit l’offre alimentaire, la prospérité économique, la production responsable ainsi que la vitalité et l’occupation du territoire, la politique devrait privilégier un dialogue permanent permettant un suivi des progrès. Par un mécanisme de mise en oeuvre à déterminer, il est prévu d’assurer la pérennité et le renouvellement de la politique, notamment par des bilans réguliers. Des défis, des cibles de croissance à l’horizon de 2025 ainsi que des moyens pour les atteindre ont été présentés par le gouvernement, lesquels ont obtenu un haut degré d’adhésion de la part des participants représentant la production agricole, les pêches, la transformation alimentaire, la distribution, les détaillants, la restauration, les consommateurs et des organisations citoyennes, ainsi que la société civile.

L’ADA a rencontré les membres du cabinet à deux reprises cet automne et a poursuivi ses démarches pour s’assurer que les détaillants propriétaires occupent leur juste place dans la prochaine politique bioalimentaire du Québec.

23 de 23