Prix du lait : arrêter d’en vendre n’est pas une option

Janvier 2017

Avec raison, la démarche de la Régie de marché agricole et alimentaire du Québec (RMAAQ), visant à établir le juste prix du lait, suscite bien des craintes dans l’industrie. Une décision mal éclairée de la Régie pourrait s’avérer désastreuse, notamment pour les petits commerçants. C’est le cas des propriétaires de dépanneur, dont une frange représentée par l’Association des dépanneurs chinois du Québec a manifesté son inquiétude de façon plutôt maladroite en début d’année.

Résultat, nous avons dû multiplier les entrevues afin de rassurer la population, suite à la publication dans La Terre de chez nous, concernant une déclaration de l’Association des dépanneurs chinois du Québec à l’effet que ses membres allaient cesser de vendre du lait. Heureusement que nous avons réagi rapidement, car la perception générale du moment était que tous les dépanneurs du Québec allaient cesser de vendre du lait.

Notre message consistait à rappeler qu’il est utopique d’imaginer un instant que les détaillants cesseront de vendre du lait. Nous convenons que les profits sur les ventes réalisées sont en constante diminution, voire presque nuls, mais cela demeure un élément important de notre offre de services.

Bref nous avons démontré que, malgré le coup d’éclat un peu maladroit, la situation dénoncée cache un réel problème que devra adresser la RMAAQ. Il est grand temps que la Régie entende le cri du cœur des détaillants concernant la rentabilité de la catégorie du lait.

15 de 15