C’est officiel, les laiteries ne pourront pas facturer le lait à un prix supérieur aux prix minimums du lait

Décembre 2009

La RMAAQ clarifie sa position de 2008 et précise que « […] la facturation aux détaillants doit être transparente. Elle doit permettre une vérification du respect du Règlement sans obligation de recourir à une enquête sur les pratiques commerciales des laiteries et des distributeurs ». Les systèmes de ristournes, peu importe leur ampleur, ne peuvent plus servir de prétexte pour que le lait soit vendu à perte par les détaillants. Ce n’est pas la première décision favorable aux détaillants, mais sera-t-elle appliquée ? Les laiteries doivent apporter des changements à leurs structures de prix et seront certainement tentées de modifier les critères de leurs ententes commerciales. Les détaillants devront négocier ferme avec leurs fournisseurs, mais un important avancement devrait finalement rejoindre le commerce du lait, la disparition de la vente à perte.

7 de 17