Portrait de détaillantes : Mylène Roy et Nadia Pellerin

Octobre 2019

UNE HISTOIRE DE FAMILLE
Mylène Roy et Nadia Pellerin sont deux femmes dont beaucoup de personnes aimeraient prendre l’exemple. Ces sœurs forment avant tout une équipe complémentaire.
Mylène, la plus âgée, a commencé par prendre des cours en santé animale au cégep, puis a travaillé deux ans dans une clinique vétérinaire. Cela lui plaisait, mais quand, en 2006, leurs parents ont acheté leur commerce, alors un magasin Axep, elle a sauté sur l’occasion pour travailler dans l’entreprise familiale.
De son côté, Nadia était très jeune quand ses parents ont acheté l’épicerie. Cela a été son premier vrai emploi, car elle n’avait que 13 ans à l’époque mais elle adorait y passer son temps. Puis, étudiante au cégep, elle manquait tellement souvent les cours pour se rendre au magasin qu’elle a simplement décidé de s’y consacrer pleinement.
Ce qui a plu avant tout à celles aujourd’hui propriétaires de l’Intermarché, c’est d’être entourées de leur famille, de travailler tous ensemble, nous disent-elles. Aujourd’hui, leurs enfants viennent très souvent au magasin, qui est « comme leur deuxième maison » nous dit Mylène, sourire aux lèvres.

DEVENIR PROPRIÉTAIRE, UNE VOCATION TARDIVE
« C’est vraiment un concours de circonstances » nous dit Mylène : les sœurs n’ont pas décidé de devenir propriétaires d’une épicerie du jour au lendemain ; l’envie est venue avec le temps. Le magasin a pris graduellement plus de place dans leurs vies, c’est tout naturellement qu’elles ont décidé de prendre la relève lorsque leurs parents ont voulu prendre leur semi retraite.
Aujourd’hui, les sœurs sont bien rôdées, elles se répartissent les tâches avec aisance. En effet, chacune s’occupe d’une partie du magasin, soit de l’administratif, les livraisons ou encore le marchandisage.

CHEZ INTERMARCHÉ SAINT-DENIS, C’EST L’HUMAIN QUI PRIME
Pas de pénurie de main-d’œuvre chez Intermarché Saint-Denis! En effet, les propriétaires sont ravies de leur équipe actuelle, très soudée et essentiellement composée d’employés de longue date.
Les deux jeunes femmes se considèrent chanceuses d’avoir une clientèle aussi fidèle. Principalement visité par des habitués, l’endroit est un véritable lieu de vie. L’épicerie sensible à la tendance de l’achat local, fait en sorte de satisfaire au mieux ses clients en achetant aux producteurs du coin et en proposant un grand nombre de produits frais. Enfin, les clients habituels comme les personnes de passages ont la chance de pouvoir trouver une agence SAQ, question de bien marier le souper avec le vin approprié. Un atelier de découpe à forfait pour les chasseurs, cette annexe au commerce offre un service en plus.

2019, L’ANNÉE DU CHANGEMENT
Aux débuts, l’épicerie, alors un magasin Axep, tenait dans un petit bâtiment au centre de Saint-Denis-de-Brompton. Plus tard, les parents des propriétaires actuelles ont décidé d’acheter un terrain et de construire une nouvelle bâtisse pour agrandir. En janvier 2019, dans le cadre d’une nouvelle rénovation, les sœurs sont passées aux nouvelles couleurs de L’intermarché. C’est à ce moment-là que le magasin, passé à l’enseigne L’intermarché a changé de couleur et de design.
Mylène et Nadia ont même pu s’investir totalement dans la rénovation. « La bannière ne nous a pas imposé grand-chose, on a pu mettre notre touche personnelle » nous disent-elles. Des photos du commerce de 1908 et de 1972 procurent un véritable voyage dans le temps. Elles ont aussi ajouté des photos des lacs des alentours, ou encore du village de Saint-Denis-de-Brompton, à la grande satisfaction des clients : « Ça montre qu’on a à cœur de s’occuper de notre commerce, les gens voient ça d’un bon œil » commente Mylène.

3 de 3